Prédications Protestantes dans les Alpes du sud 

DIMANCHE 28 NOVEMBRE 2021

1er Dimanche de l’Avent * TRESCLEOUX (05700)

Lectures du jour :

Jérémie 33, 14-16,

1 Thessaloniciens 3, 12-4,2,

Luc 21, 25-36 (Voir méditations du 29-nov-09 et du 2-déc-18)

Un monde nouveau à créer

-

Frères et sœurs,

-

En ce premier dimanche de l’Avent, il est bon d’entendre de nouveau cette promesse, reprise par Jérémie, à l’adresse tant de l’élite Judéenne déportée à Babylone, que du peuple resté au Pays, sous l’occupation et l’administration Babylonienne :

Les jours viennent où j’accomplirai la promesse que j’ai faite à la communauté d’Israël et à la communauté de Juda (1). En ce temps-là, à ce moment même, je ferai croître pour David un rejeton légitime (2) qui défendra le droit et la justice dans le pays.

-

Dieu n’est pas avare de ces promesses, qui chaque fois confirment l’alliance éternelle (3) et irrévocable que, depuis Noé, Dieu a contractée avec le Peuple dont le quotidien est nourri d’infidélités et d’éloignements de Dieu :

Les eaux ne deviendront plus jamais un Déluge qui détruirait toute chair. Lorsqu’on verra l’arc [en ciel] dans la nuée, je le regarderai pour me souvenir de l’alliance perpétuelle entre Dieu et tout être vivant qui est sur la terre.(4)

Alliance renouvelée avec Abraham : Je bénirai ceux qui te béniront, (…) et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. (5)

Mais pour l’heure, le peuple judéen auquel Jérémie s’adresse serait plutôt enclin à considérer que Dieu l’a abandonné : La Samarie a été rayée de la carte, et la Judée, après s’être accommodée durant plus d’un siècle de la présence Assyrienne est maintenant totalement submergée par les vagues Babyloniennes.

D’autant que ces promesses, censées redonner espoir au peuple, comme celle de Jérémie 29 ont été précédées d’oracles de mises en garde auxquels le peuple est resté sourd, puis de jugement de Dieu face à l’infidélité persistante du peuple et de ses dirigeants, annonciateur de la destruction imminente de Jérusalem et de l’ asservissement du peuple judéen..

Ces promesses de bénédiction assurent au Peuple la fin prochaine de sa captivité, la venue prochaine d’un descendant de David, le retour de son unité dans un Royaume où règneraient la paix et la prospérité. Dans cette nouvelle alliance le peuple sera purifié de ses péchés.

Dans la situation où il était, le peuple considérait ces promesse plutôt comme des balivernes, d’autant que Jérémie ne donnait aucune précision sur quand cela arriverait, se contentant d’un en ce temps-là ou en ces jours-là ou bien quand ce sera le moment (6).

De sorte que Jérémie était l’objet d’une mise à l’écart qui en fera un homme seul, ce dont il se plaindra d’ailleurs au Seigneur dans des complaintes qui donneront le nom de « jérémiades ».

-

Non, Jérémie n’est pas seul, d’autres prophètes, dans le Royaume du Nord ou en Judée prononcent les mêmes oracles de pardon et de bénédiction après le jugement.

-

Et nous, nous savons que cette promesse n’était pas vaine et qu’elle s’est accomplie en cette nuit de Noël, que nous nous préparons à célébrer, par cet évènement unique dans l’histoire de l’Humanité : Cette transcendance créatrice que nous appelons Dieu, créatrice de l’univers venue au milieu des hommes pour partager leur condition humaine, la lumière venue dans l’obscurité du monde.

-

Une nouvelle promesse

Mais cette naissance divine au milieu des hommes, cette promesse réalisée, que va-t-il se passer maintenant ? Et c’est là que les choses se compliquent :

-

* Tout d’abord intervient Jean qui Baptise Jésus et à cette occasion une voix dans les cieux proclame celui-ci est mon fils bien aimé, confirmant l’essence divine de Jésus. Jean, arrivé de nulle part, que les juifs prenaient pour Elie de retour avant les fins der-nières (7), ce qui lui conférait une autorité auréolée de mystère, Jean qui annonce dès le lendemain Voici l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. Le message se trouble : Jésus ne serait donc pas venu pour renvoyer les Romains chez eux ? Et com-ment pourrait-il bien « ôter notre péché » ?

-

* Trouble aggravé après la rencontre de Nicodème avec Jésus qui lui déclare il faut que vous naissiez de nouveau et encore Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui (…) la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré l’obscurité à la lumière parce que leurs œuvres étaient mauvaises.

Incompréhensible ! Car une promesse peut en cacher une autre. Comme si l’accomplissement de cette promesse, la naissance de l’enfant divin parmi les hommes, n’était que le premier volet d’une promesse plus générale qui en comporterait trois.

Le deuxième volet, il est annoncé par Jésus lui-même, toujours devant Nicodème : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croie en lui, ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle. Et cette promesse, il ne fallut pas attendre longtemps son accomplissement, par Jésus lui-même, qui a montré, par sa mort et sa résurrection, le chemin de notre propre résurrection, ce que d’autres prophètes avaient aussi annoncé.

Et puis, à l’ouverture de ce temps de l’Avent, nos lectures nous proposent ce chapitre de Luc, nous faisant directement passer à la promesse ultime, celle des fins dernières, le retour du Fils de l’Homme, annonciateur de l’établissement du Règne de Dieu sur la terre.

-

Incompréhension

La mise en vis-à-vis de ces deux textes, Jérémie et Luc, doit nous inciter à considérer que nous sommes devant cette nouvelle promesse dans la même situation que les contemporains de Jérémie. Et nous sommes peut-être plus proches de ces juifs, 7 siècles avant J.C., que nous le pensons, et plus proches encore des contemporains de Jésus.

En effet, ne sommes-nous pas confrontés à des évènements inconnus à ce jour, de mémoire humaine : inondations dramatiques à répétition, éruptions volcaniques, incendies incontrôlables, désertification annonçant une prochaine guerre de l’eau, auxquelles s’ajoutent les cataclysmes d’origine humaine dont la COP 26 tenue récemment à Glasgow montre de façon consternante combien les dirigeants de la planète n’ont pas pris la mesure et puis de façon lancinante, les guerres dites « civiles » ou de conquête, la course sans fin aux armements…

Qu’il semble loin ce Règne de Dieu dont la devise serait Droit, Justice et Paix.

Alors certains refusent catégoriquement cette hypothèse, au nom de la rationalité am-biante, nous annonçant un effondrement brutal et irréversible des activités humaines, voire pas moins que la disparition de l’espèce humaine ! Des organisations militantes se créent comme « extinction rébellion » au nom sans ambiguïté.

D’autres, malgré leur souhait, n’arrivent pas à discerner dans ce qu’ils voient (tout der-nièrement le naufrage mortel de migrants en Manche) et ce qu’ils entendent (les pré-mices d’une campagne électorale nauséabonde), le moindre coin de ciel bleu qui serait un motif de mobiliser leur espérance. Alors ils rentrent la tête dans les épaules en attendant que cela passe.

C’est là que Jésus nous rappelle que la foi n’a rien à voir avec ce que l’on voit ou ce que l’on entend aujourd’hui, mais la foi nous permet de nous projeter dans l’avenir avec confiance parce que Dieu n’a jamais failli à une seule de ses promesses, et que notre salut nous est acquis une fois pour toutes, cela ne doit donc plus faire l’objet d’un quelconque débat.

Et Jésus utilise une image qui nous est familière : combien de fois n’avons-nous pas semé du blé juste avant la mauvaise saison, ce qui va à l’encontre de toute rationalité, mais nous n’avons pas besoin d’autre chose que notre foi, notre confiance, pour savoir que c’est exactement ce qu’il faut faire pour être certain que bientôt viendra la moisson.

-

Pour conclure

Le temps de l’Avent est bien le temps de la venue, de la présence de Dieu dans le monde, et aussi le temps de l’attente : Le Fils de Dieu est venu, et il vient, selon sa promesse : Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous et L’Esprit de vérité sera en vous.

Dieu vient et il apporte avec lui assez de vie pour que nous puissions continuer à avancer. Il apporte assez de lumière pour que nous ne restions pas toujours dans la nuit.

Écoutons Jérémie : Le Seigneur vient. Le Seigneur vient et nous nous préparons à l’accueillir. Mais pour rester éveillés, nous devons nous alléger, vider notre sac des futilités de la vie, mais aussi de ses inquiétudes contre lesquelles la foi, notre foi, est le meilleur vaccin.

Ce langage d’Espérance n’est pas un opium pour fermer nos yeux sur les réalités du monde, nous faire supporter les tragédies actuelles ou les drames à venir. L’annonce du Règne de Dieu, ici et maintenant, est une protestation contre la fatalité du mal. Après le temps des nations, il y aura un monde nouveau à créer.

C’est dans ce langage d’Espérance, proclamé par quelques-uns, que l’Humanité toute entière pourra trouver le chemin de son salut. Alors, le Royaume adviendra, « sur la terre comme au ciel ».

-

Le Seigneur vient dans les malheurs de l’Humanité pour réveiller le bonheur. Il vient dans la nuit du monde pour allumer la lumière de l’espérance.

-

Alors, debout (8) ! Le Seigneur a besoin de nous.

-

Amen !

-

François PUJOL

-

1. Donc au peuple Juif tout entier, réuni, ce qui n’était pas d’actualité, pas plus que pour le Peuple Chrétien aujourd'hui.

2. C’est le rameau qui sortira de la souche de Jessé, père de David (Esaïe 11, 1-5 ; 10)

3. Esaïe 54, 10 : Je t’aime d’un amour éternel, Et mon alliance de paix ne chancellera point, Dit l'Eternel, qui a compassion de toi

4. Genèse 9, 13-17

5. Genèse 12, 3.

6. Selon différentes traductions.

7. Malachie 4, 5 : « Voici, je vous enverrai Élie, le prophète, avant que le jour de l'Éternel arrive, ce jour grand et redoutable »

8. Luc 21, 36

-

L’annonce du Messie dans l’Ancien Testament (par les prophètes)

-

Abraham (-1800 ?)

J'établirai mon alliance entre moi et toi, et tes descendants après toi, selon leurs générations: ce sera une alliance perpétuelle, en vertu de laquelle je serai ton Dieu et celui de ta postérité après toi. (Genèse 17, 7)

-

David (– 1040) Psaumes

Ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent; Ils se partagent mes vêtements, Ils tirent au sort ma tunique. (Psaume 22, 16-18)

Parole de l’Éternel à mon Seigneur : assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied (Psaume 110 v.1).

-

Amos (– 783, – 743)

Écoutez ceci, vous qui écrasez le pauvre pour anéantir les humbles du pays, le Seigneur le jure par la Fierté d’Israël : Non, jamais je n’oublierai aucun de vos méfaits. (Amos 8, 4-7)

Voici venir des jours, déclare le Seigneur Dieu, où j’enverrai la famine sur la terre ; ce ne sera pas une faim de pain ni une soif d’eau, mais la faim et la soif d’entendre les paroles du Seigneur. (Amos 8, 9-10)

-

Osée (-750)

Il nous rendra la vie dans deux jours; Le troisième jour il nous relèvera, Et nous vivrons devant lui.… (Os. 6, 2)

-

Ésaïe (1er -760, -701)

C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : voici la vierge deviendra en-ceinte, elle enfantera un fils et elle lui donnera le nom d'Emmanuel (Esaïe ch.7 v.14)

Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi (…) Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; l’insigne du pouvoir est sur son épaule ; on proclame son nom : «Merveilleux-Conseiller, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix». (…). Il sera solidement établi sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Voilà ce que fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers. (Es. 9, 1-6)

-

Michée (-700)

Et toi, Bethléem (…), petite ville entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, et dont les activités remontent aux temps anciens, aux jours de l'éternité. (Michée 5 v.1).

-

Daniel (-605, -560)

Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, (…) et sa royauté ne sera pas détruite. (Daniel 7, 13-14)

Depuis la sortie de la Parole pour rétablir Jérusalem jusqu'au Messie, il y a 7 semaines et 62 semaines… et après les 62 semaines, le Messie sera retranché » (Daniel 9 v.25-26).

-

Ésaïe (2ème -560, -530)

Le serviteur souffrant (Ésaïe 52, 13-15 ; 53, 1-11)

-

Il était méprisé, abandonné de tous, homme de douleurs, familier de la souffrance, semblable au lépreux dont on se détourne ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien. Pourtant, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était châtié, frappé par Dieu, humilié.

-

Or, c’est à cause de nos fautes qu’il a été transpercé, c’est par nos péchés qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous obtient la paix est tombé sur lui, et c’est par ses blessures que nous sommes guéris. Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche.

-

Broyé par la souffrance, il a plu au Seigneur. Mais, s’il fait de sa vie un sacrifice d’expiation, il verra sa descendance, il prolongera ses jours : par lui s’accomplira la volonté du Seigneur. A cause de ses souffrances, il verra la lumière, il sera comblé. Parce qu’il a connu la souffrance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs péchés.

-

Zacharie (-520)

Exulte de toutes tes forces, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici ton roi qui vient vers toi : il est juste et victorieux, humble et monté sur un âne, un âne tout jeune. Ce roi (…) brisera l’arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations. (Zacharie 9, 9-10)

Ils pesèrent pour mon salaire 30 sicles d'argent. L’Éternel me dit : jette-le au potier, ce prix magnifique auquel ils m'ont estimé ! » (Zacharie 11 v.12-13)

Alors je répandrai sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication et ils tourneront vers moi les regards. Celui qu’ils ont percé, ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique » (Zacharie 12 v.10)